barf furet

Du barf pour vos furets

Si votre furet n’a pas été sevré avec une alimentation entièrement, ou même partiellement, crue, il peut être un peu difficile de l’encourager à passer à une alimentation crue (aussi appelée barf)…. mais ce n’est pas impossible ! Un furet qui n’a pas été imprégné de produits crus dès son plus jeune âge mettra du temps à comprendre que tout ce qui n’est pas un biscuit ou une croquette est de la nourriture. Le temps, la persistance et la patience sont les clés pour réussir à faire passer votre furet à l’alimentation pour laquelle son corps est conçu.

         Une alimentation dite barf équilibrée se compose de viande, d’os et d’organes. On parle souvent de 80/10/10 ou 80% de viande, 10% d’os et 10% d’organes. Ce ratio est un guide général à suivre et correspond à la composition approximative d’un animal entier (soit 80 % de chair, 10 % de squelette et 10 % d’organes sécrétant des substances internes). Bien sûr, nourrir des proies entières est le moyen le plus facile d’atteindre l’équilibre pour les furets… mais il est souvent difficile de faire manger un tel repas à un furet non imprégné !

Par où commencer ? 

     Pour encourager votre furet à commencer à manger du barf, il est souvent recommandé de préparer une « soupe crue » à donner à côté de son ancienne nourriture pendant la transition. Des poitrines de poulet crues avec la peau et un peu d’huile de saumon mélangées à de l’eau pour obtenir une consistance crémeuse sont souvent un bon début. Certains furets préfèrent cette soupe chaude, d’autres la préfèrent froide. Cela vaut la peine de la faire pénétrer dans les gencives du furet et de l’encourager à la lécher avec votre doigt ou une cuillère. Une fois que votre furet a commencé à lécher cette « soupe », l’étape suivante consiste à ajouter de la texture. La viande désossée hachée, comme du poulet ou de la dinde hachés, ou même du bœuf ou de l’agneau hachés dans la « soupe » est une bonne étape. Retirez lentement la quantité de « soupe » jusqu’à ce que votre furet mange des morceaux d’aliments désossés hachés.

     Une fois que votre furet mange des repas désossés, il est intéressant de réduire la quantité de nourriture ancienne. Les furets nourris aux croquettes doivent avoir accès à la nourriture 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, afin de maintenir leur taux de glycémie et leur niveau d’énergie. En revanche, avec le barf, les furets obtiennent une énergie durable qui ne les oblige pas à « brouter » et, par conséquent, deux repas par jour sont suffisants pour un adulte.

     Si vous obtenez de bons résultats avec la viande désossée hachée, il est intéressant d’ajouter un peu de coquille d’œuf moulue à la nourriture crue ou de passer à une viande crue pour animaux de compagnie prémélangée qui contient des os. Vous devez vous assurer que votre furet mange aussi des organes .

Quelle quantité de barf donner ? 

         La quantité de barf à donner à votre furet varie en fonction de son âge, et surtout de la saison ! Un jeune furet de moins d’un an peut très facilement consommer 10% (ou plus !) de son poids corporel par jour, soit 100g pour 1kg de poids. Un furet adulte à l’approche de l’hiver peut également consommer ce pourcentage afin de prendre du volume et préparer son pelage d’hiver. Un furet adulte en été ne mangera probablement que 3 % de son poids corporel et sera beaucoup plus mince avec un pelage plus court. Les quantités de nourriture varient beaucoup d’une saison à l’autre, il peut donc être difficile de donner une quantité fixe de nourriture. À titre indicatif, la plupart des furets consomment environ 60 à 80 g à la fin de l’été, puis 100 à 140 g en automne pour préparer l’hiver. Au cours de l’hiver, la quantité peut chuter à nouveau à environ 80 g, puis la période précédant le printemps verra une nouvelle diminution, certains repas pouvant être aussi petits que 50 g pendant qu’ils perdent leur pelage et leur graisse d’hiver.

Comment nourrir correctement votre furet sur le long terme ? 

     La variété est la clé d’une alimentation à base de barf correcte ! La volaille est généralement l’aliment de base pour les furets, car elle est facilement accessible et bien appréciée. Les mélanges de barf complets peuvent être achetés avec de la viande, des os et des organes déjà broyés, et pour ceux qui n’ont que quelques furets, cela peut être beaucoup plus facile à nourrir ! Veillez toutefois à ce que votre mélange complet de barf pour animaux de compagnie contienne suffisamment de cœur ! Il s’agit d’un élément vital pour les furets qui suivent un régime à base de barf. Les cœurs de volaille sont petits et faciles à portionner, le cœur de bœuf est souvent trouvé haché chez les fournisseurs de barf pour animaux. Une alimentation aux textures variées est aussi un grand avantage pour garder les dents propres. Les furets peuvent très bien manger des ailes de poulet, des cous et autres os mous de volaille. Les morceaux de viande tels que les morceaux d’agneau et de bœuf sont souvent difficiles à mâcher, mais c’est un excellent moyen de stimuler votre furet à l’heure du repas et de faire travailler les muscles de la mâchoire. Les proies entières telles que les souris adultes, les rats, les cailles, les pigeons et les lapins sont des moyens naturels brillants de nourrir votre furet et peuvent le divertir. Les proies juvéniles comme les poussins d’un jour, les cailles d’un jour et les souris roses sont de bonnes friandises, mais elles ne sont pas assez nutritives pour être utilisées comme repas. Essayez de donner au moins 4 protéines différentes par semaine. Les choix les plus courants sont le poulet, la dinde, le lapin et le bœuf. Si vous donnez un repas de 100 g, assurez-vous que 80 g sont de la viande désossée, 10 g sont des os comestibles et 10 g sont des organes tels que le foie et les rognons. Essayez d’équilibrer les repas de barf de votre furet chaque jour. L’équilibre peut être atteint au cours d’une semaine, mais un repas composé uniquement d’organes un jour peut donner lieu à des selles très désagréables à nettoyer ! De même, des repas très riches en os peuvent provoquer de la constipation. La recherche de cet équilibre facilite la digestion pour votre furet et pour vous aussi !

Qu’est ce que le  « Frankenprey » ?

     Frankenprey est un terme couramment utilisé dans les pays anglo-saxons dans le milieu de l’alimentation crue des furets, mais qu’est-ce que cela signifie ? 

Comme expliqué précédemment, une alimentation crue équilibrée se compose de viande, d’os et d’organes, souvent appelés 80/10/10 ou 80% de viande, 10% d’os et 10% d’organes. Ce ratio est un guide général à suivre et correspond à la composition approximative d’un animal entier (soit 80 % de chair, 10 % de squelette et 10 % d’organes sécrétant des substances internes). Bien sûr, nourrir des proies entières est le moyen le plus facile d’atteindre l’équilibre pour les furets, mais il peut être coûteux ou difficile d’acheter des proies entières, ou simplement certains propriétaires préfèrent ne pas avoir d’animaux entiers dans leur congélateur ! Le Frankenprey consiste à reconstituer un animal entier en utilisant diverses parties d’autres animaux que l’on trouve dans les supermarchés, chez les fournisseurs d’aliments crus pour animaux de compagnie, etc. Des ailes de poulet peuvent, par exemple, reproduire les pattes d’un animal comme un lapin. Vous pouvez facilement créer un menu équilibré pendant toute une semaine en nourrissant chaque jour des « morceaux » de différentes parties d’animaux.

     Nous avons ici les « ingrédients » pour fabriquer un animal Frankenprey de 2 kg. Nous avons une sélection de morceaux provenant de diverses parties d’animaux et, surtout, de diverses sources de protéines animales. Il est conseillé de nourrir les furets avec un minimum de 4 protéines animales différentes par semaine. Pour notre menu Frankenprey, nous avons choisi de la dinde, du porc, du bœuf, du canard, du poulet, de l’agneau et du saumon. Une variété de 7 sources de protéines différentes ! 

     Tout d’abord, nous avons la viande musculaire (à l’extrême gauche) qui comprend la poitrine de dinde, les morceaux de bœuf, les morceaux de porc, les cœurs de volaille et les cubes de saumon. Tous ces morceaux sont sans os et comptent pour les 80% de viande. Au milieu, nous avons les OS charnus, c’est-à-dire tous les morceaux de viande qui contiennent de petits os comestibles. La teneur globale en os de l’ensemble de ce menu est de 10 %. La partie charnue de ces os compte dans les 80 % de viande. Nous avons utilisé des cous de canard, du canard à l’os, des pattes de canard et des ailes de poulet. Enfin, à l’extrême droite, nous avons la très importante viande d’organe, qui se compose de foie d’agneau et de rein de bœuf. D’autres exemples de viandes organiques sont le cerveau, le pancréas et les organes reproducteurs. Le foie DOIT faire partie des 10 % d’organes.

     En assemblant ces parties, on peut obtenir la composition approximative d’un lapin en forme de monstre de Frankenstein. Il n’est pas nécessaire que l’anatomie soit tout à fait correcte puisque vous substituez des parties à ce qui est accessible à l’achat ! Ici, nous avons utilisé le cou de canard comme colonne vertébrale de notre Frankenstein, les ailes de poulet comme jambes, le canard sur l’os comme crâne et omoplate, les pieds de canard comme côtes et bassin, etc. Le cœur est important à utiliser et ne peut être remplacé par rien d’autre, de même que le foie. Le rein peut être utilisé comme substitut du cerveau, du pancréas et d’autres organes sécréteurs si vous ne pouvez pas les trouver à utiliser. Notre dinde, notre porc, notre saumon et notre bœuf constituent la majeure partie de la viande musculaire de notre Frankenprey.

     Le menu Frankenprey préparé ci-dessus pèse environ 2 kg. Cela pourrait potentiellement nourrir trois furets avec suffisamment de nourriture par jour pendant une semaine ! Ceci est basé sur deux furets adultes pesant 2 kg chacun, et un furet adulte pesant 1 kg (tous mangeant 5,5% de leur poids corporel). Cela équivaut à environ 280g de nourriture servie par jour entre les trois adultes. Cette portion de 280 g peut être divisée en deux, en deux repas de 140 g, l’un servi le matin et l’autre l’après-midi. A la fin de la semaine, tout le menu du Frankenprey aura été consommé, et donc un régime complet et équilibré aura été donné, réparti sur 7 jours !

    Vous trouverez ci-dessous un exemple de programme d’alimentation, qui ne doit pas nécessairement être respecté à la lettre et que vous pouvez modifier pour mieux l’adapter à vos habitudes, mais qui donne une très bonne idée de la manière de fournir à vos furets un approvisionnement complet en viande, os et organes à chaque repas. Les photos ci-dessous montrent une portion journalière complète de 280 g pour 3 furets.

     L’alimentation des furets peut sembler complexe, mais l’idée générale est simple : donner suffisamment de morceaux pour constituer un animal entier ! Les portions dépendent de l’âge et du poids de vos furets, il est donc nécessaire de les modifier. Certains furets ne sont pas habitués à manger de si gros morceaux de nourriture, et si vous partagez la nourriture entre plusieurs furets, il peut être judicieux de couper les morceaux en plus petits morceaux. Essayez de ne pas trop aider en découpant la nourriture ! Le Frankenprey est un excellent moyen de faire travailler les mâchoires des furets et il est fantastique pour la santé dentaire. Les dents des furets sont conçues pour couper et déchirer des morceaux de viande et d’os, alors essayez de ne pas encourager vos furets à être paresseux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.