glouton

Le glouton ou carcajou

Carcajou, (Gulo gulo), également appelé glouton, carcajou ou ours putois, membre de la famille des belettes (Mustelidae) qui vit dans les latitudes froides du nord, en particulier dans les zones boisées, dans le monde entier. Il ressemble à un petit ours large et trapu de 65 à 90 cm de long, sans compter la queue touffue de 13 à 26 cm ; la hauteur des épaules est de 36 à 45 cm et le poids de 9 à 30 kg . Les pattes sont courtes, quelque peu arquées, la plante des pieds est velue, les griffes semi-rétractiles sont longues et pointues, les oreilles sont courtes et les dents sont fortes. Le pelage grossier à poils longs est brun noirâtre avec une bande brun clair s’étendant de chaque côté du cou le long du corps jusqu’à la base de la queue. L’animal possède des glandes anales qui sécrètent un liquide à l’odeur désagréable.

Quelles sont les qualités du glouton ?

Le carcajou est réputé pour sa force, sa ruse, son intrépidité et sa voracité. Il peut suivre les sentiers de randonnée jusqu’aux cabanes et dévorer les réserves de nourriture ou emporter des objets portables ; son odeur nauséabonde imprègne la cabane envahie. Le carcajou est un chasseur solitaire et nocturne, qui s’attaque à toutes sortes de gibier et n’hésite pas à s’attaquer aux moutons, aux cerfs ou aux petits ours. Les carcajous sont également d’habiles charognards, et une grande partie de leur alimentation provient donc de la récupération des carcasses d’élans, de caribous et d’autres animaux. Aucun autre animal que l’homme ne chasse le carcajou. Sa fourrure est appréciée comme garniture pour les parkas, car le gel et l’haleine gelée peuvent facilement être brossés sur les poils lisses. Solitaire pendant la majeure partie de l’année, le carcajou fait une courte parade nuptiale en février ou mars. Une portée compte de un à cinq petits ; la période de gestation de la femelle est d’environ neuf mois.

Le carcajou ou glouton et la neige

Les carcajous semblent dépendre des zones où la neige est abondante. Les scientifiques qui étudient les carcajous d’Amérique du Nord ont observé d’importants déclins de population dans les régions où le manteau neigeux a fortement diminué. On pense que les hivers rigoureux où la neige est épaisse fournissent davantage de ressources alimentaires aux carcajous. Les carcasses de cerfs, d’élans et d’autres ongulés sont plus nombreuses dans de telles conditions, et les rongeurs – une proie fréquente des carcajous qui creusent des tunnels sous la neige profonde – sont plus abondants que dans des conditions sans neige.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.